Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Toutes les infos et actus de la MPJ Nantes

Les amis de la MPJ Nantes

Toutes les infos et actus de la MPJ Nantes

Même LE FIGARO en parle

com

"Marches pour Jésus" dans sept villes samedi

Louanges, musique, danse et bibles à disposition: des chrétiens, protestants évangéliques dans leur très grande majorité, prendront part samedi dans sept villes de France à des "marches pour Jésus", fiers de leur foi et désireux de l'afficher sur la place publique. Nées en 1987 à Londres, ces manifestations ont progressivement conquis le monde. En France, la première "Marche pour Jésus" a eu lieu en 1991, et les dernières ont rassemblé entre 2500 et 5000 personnes au total dans cinq villes au printemps 2014, selon leurs organisateurs. Cette année, les mêmes espèrent jusqu'à 10000 manifestants cumulés dans les sept grandes villes où des cortèges sont prévus: Bordeaux, Lille, Montpellier, Nantes, Strasbourg, pour la première fois Marseille, et Paris. "Il sera intéressant de mesurer la participation dans la capitale, où la marche fait un retour sur scène après plusieurs années d'absence", explique l'historien Sébastien Fath. Les manifestations ont été reprises en main en 2012 par une nouvelle organisation, la Fédération Marche pour Jésus France, "qui a une optique moins charismatique et plus rassembleuse", souligne-t-il. "Avant il s'agissait d'engager un combat spirituel contre les forces de la sécularisation à l'oeuvre dans la société, maintenant l'objectif est d'être reconnu, vu et entendu dans l'espace public", précise le sociologue Yannick Fer, qui y voit l'illustration du désir de "respectabilité" du Conseil national des évangéliques de France (Cnef). Organisateur de l'événement à Strasbourg et porte-parole national, Daniel Rivaud exprime une volonté de livrer un "témoignage de foi qui concerne tous les chrétiens et n'appartient pas à une Eglise, une dénomination". "Il faut que chacun puisse venir comme il est. Certains viennent chanter et danser, d'autres non", poursuit ce pasteur évangélique, qui assure que la démarche n'est pas revendicative, ni prosélyte. "Il s'agit simplement d'exprimer notre joie de connaître Jésus Christ et de lui appartenir", alors que "notre pays est dans une situation morose où il n'y a plus d'espérance". Pour Sébastien Fath, si le but principal de ces marches "n'est effectivement pas l'évangélisation, il y a quand même, en arrière plan, cette volonté de présenter Jésus aux contemporains". La mise à disposition de bibles -évangéliques-, comme ce sera le cas à Strasbourg, y contribue

Repost

Commenter cet article